Ecologie pour la Gestion des Ecosystèmes et de leurs Ressources (2005-2008)


Thème

ressources génétiques peuplier, introgression, flux de gènes

Mots-clés

Populus nigra, conservation, inventaire, diversité génétique, valorisation

Animateur du projet

Catherine Bastien, Unité de recherche Amélioration, Génétique et Physiologie Forestières, Centre INRA Val de Loire, site d'Orléans

Laboratoire(s), organisme(s) partenaire(s)

 

Laboratoire, organisme porteur

INRA Orléans- Unité de Recherche Amélioration, Génétique et Physiologie Forestières

Sources de financement

Programme fédérateur ECOGER AO 2005 "Ecologie pour la Gestion des Ecosystèmes et de leurs Ressources"

Descriptif du projet

Les objectifs de ce projet sont de mieux comprendre comment évoluent les ressources naturelles du peuplier noir dans une mosaïque paysagère associant un compartiment cultivé et de fournir des indicateurs pertinents pour l’aménagement des paysages et la gestion durable des ressources biologiques.

La compréhension des processus mis en jeu est engagée à travers les trois actions de recherche suivantes :

  • La quantification du phénomène d’introgression, dans quelques situations contrastées, en termes de proximité des compartiments sauvages et cultivés. Les mesures de flux de gènes concernent aussi bien la plante-hôte que l’agent pathogène et s’attachent à associer marqueurs neutres et non neutres spécifiques du compartiment cultivé. A ce titre, facteurs de résistance (hôte), virulences (agent pathogène) et différents gènes impliqués dans l’interaction peuplier/Mlp se présentent comme des marqueurs à valeur adaptative pertinents.
  • L'identification des facteurs biologiques et physiques qui conditionnent l’efficacité des flux géniques chez le peuplier. Dans un premier temps, nous avons privilégié l’étude des flux de pollen entre P. nigra cv italica et peupliers sauvages: synchronie des floraisons, quantité et viabilité comparées des pollens, niveau de compétition pollinique, caractérisation de distances physiques entre sources et puits, collecte de données météorologiques.
  • L'estimation de l’impact évolutif et fonctionnel de ces interactions entre organismes et compartiments, au travers d’un caractère adaptatif particulier, la résistance à l’agent pathogène Mlp. La question de l’adaptation des populations pathogènes aux résistances qualitatives et quantitatives déployées en populiculture a été abordée selon deux approches complémentaires : une approche historique pour un évènement de contournement connu et une approche prospective pour des constructions de résistances complexes en cours d’évaluation.
  • Les conséquences adaptatives des flux de gènes entre compartiments cultivés et sauvages seront également abordées par étude comparative du niveau de résistance à Mlp de génotypes introgressés (Populus deltoides x P. nigra) x P. nigra et de génotypes P. nigra issus de croisements contrôlés impliquant des parents P. nigra communs.