Reproduction sexuée


La reproduction sexuée du peuplier passe par de nombreuses étapes, qui ne concourent pas forcément tous les ans à l’installation pérenne des jeunes peupliers noirs.

Pollinisation

Le peuplier noir est une espèce dioïque qui fleurit de mars à avril. Pour se reproduire, les peupliers femelles doivent donc avoir des peupliers mâles dans leur environnement proche. Le pollen (taille de 0,03 mm) est transporté par le vent. La distance parcourue par le pollen est difficile à connaître avec précision, mais on peut penser qu’elle peut être certainement de plusieurs centaines de mètres, voire occasionnellement de plusieurs kilomètres.

Graines et dissémination

6 à 8 semaines après fécondation, les fruits, qui sont des capsules ovoïdes à deux valves,graines accrochées au chaton libèrent un coton hydrophobe contenant les graines. Ces graines blanches (contrairement au saule blanc qui a des graines noires), sont transportées par le vent, puis peuvent être également véhiculées par l’eau. La part respective du transport réalisé par le vent ou l’eau est difficile à connaître et dépend de nombreux facteurs : la direction et la force du vent, la largeur et la vitesse d’écoulement de la rivière ou du fleuve, la topographie, la densité des peupliers au sein de la ripisylve, la hauteur de l’arbre, le volume du houppier, etc.couverture de graines de peuplier noir

Au moment du pic de dispersion des graines, la rivière peut être recouverte par un "matelas" de graines, celles-ci flottant grâce au coton hydrophobe.

 

Germination

Une autre particularité du peuplier noir est que ces graines ne peuvent germer que sur des sédiments jeunes et frais (sables, limons, graviers), déposés par la dynamique des fleuves et des rivières encore "sauvages". Lors de leurs crues hivernales ou printanières, les fleuves et les rivières décapent et mobilisent des sédiments qui seront découverts par la baisse du niveau de l’eau.Semis de peuplier noir de l’année (droite du réglet) et de l’année précédente. Bord de Loire. En flottaison sur l’eau ou transportées par le vent, c                    otylédons en forme de spatule les graines se déposent sur ces sédiments. Si ces derniers sont frais et humides et si la température extérieure est favorable, la germination sera très rapide. Elle sera de l’ordre de quelques heures à quelques jours. Malgré leur petite taille de quelques milimètres, on reconnaît facilement les jeunes cotylédons des semis de peuplier noir grâce à une forme caractéristique de spatule.

Quand elles sont véhiculées par l’eau, les graines sont déposées en bandes successives, parallèles à l’axe du cours d’eau, de fin-mai à mi-juillet.bande de semis Ces bandes successives correspondent à une libération différée des graines, selon la phénologie de libération des graines des individus femelles (voir paragraphe phénologie de la floraison). Ces bandes ont vraisemblablement des parentés différentes selon la précocité ou la tardiveté des individus femelles.

Les jeunes semis s’ancrent très rapidement par une croissance racinaire spectaculaire. Il semble que le semis privilégie dans un premier temps la croissance racinaire au détriment de la pousse végétative. Sur un site de Loire, un mois après germination, la racine peut atteindre 15 cm alors que la pousse végétative n'est que 2 à 3 cm.

Etapes de sélection estivale, automnale et hivernale

Une fois germées, les graines ne sont pas assurées d’une survie à 100%. La croissance racinaire doit suivre l’abaissement naturel de la nappe. Si elle ne peut suivre un abaissement de la nappe trop rapide, alors les jeunes semis dépériront.Semis de peuplier noir de l’année en phase de stress hydriqueA l’inverse, de fortes pluies ou orages en juin peuvent faire monter le niveau trop brusquement et détruire ainsi les jeunes semis. La période estivale peut être aussi difficile avec une ressource en eau parfois rare (étiage bas) et des températures parfois très élevées au niveau des feuilles (> 40°c) engendrant ainsi une pression de sélection forte.

Semis de peuplier noir de l’année 2005, réserve de Crépieu CharnyDe même, en fin de végétation, les périodes automnale et hivernale avec de fortes crues (comme celle de décembre 2003), peuvent produire des destructions sur des jeunes plants pouvant atteindre des hauteurs de 80 cm. Il faut également noter que les castors sont très friands de ces jeunes plants.