Résumé en français de l'article de Peter Rotach


Un article remarquable de Peter Rotach en 2004, présente une synthèse générale sur le rôle et l’importance des peupliers sur la biodiversité et la conservation des espèces qui lui sont associées. Mais il est difficile d’étudier précisement les raisons pour lesquelles l’espèce peuplier contribue à une grande diversité des ripisylves. En effet, il est compliqué d’estimer les interactions entre la biodiversité et les arbres en raison des nombreux facteurs, différents des espèces, qui affectent cette biodiversité (climat, sol, eau, âge...), formant un réseau difficile à décortiquer.

De plus, seules les relations espèces-hôtes des insectes et des champignons ont été bien étudiées car ils posent des problèmes dans les peupleraies artificielles. Les autres données, très générales, manquent de vérifications scientifiques et se basent sur des observations d’entomologistes. Pour le peuplier, les études sont généralement faites au niveau du genre Populus qui regroupent aussi les variétés hybrides.

650 espèces d’insectes ont été recensées comme étant associées avec le genre Populus (Delplanque A.,1998), mais beaucoup d’entre elles se nourrissent autant sur le peuplier que sur d’autres espèces. Il apparaît que le genre Populus accueille un grand et riche complexe d’insectes : pour beaucoup d’espèces de papillons, de mites et de coléoptères, Populus est une source importante de nourriture. Ce sont aussi les hôtes exclusifs ou primaires pour une grande proportion d’espèces d’insectes menacés et particulièrement certains papillons, mites et longicornes. Si on s’intéresse seulement aux résultats qui concernent exclusivement le peuplier noir, Heydemann B. a publié en 1982 le nombre d’espèces d’insectes phytophages, associées aux principales espèces d’arbres d’Europe centrale. Il apparaît que Populus nigra rentre dans le dern ier quart du classement avec 18 espèces d’insectes associées (vs. 88 sur les différentes espèces de peuplier, et 298 chez les chênes). En 1984, Koch M. indiquait qu’il existe seulement 11 espèces de papillons dont les larves se nourrissent sur le peuplier noir, comparée aux 117 espèces associées au genre Populus.

A part ces deux informations, la base de données ne permet pas de donner un classement précis par ordre d’importance des différentes espèces de peuplier. Mais il est possible que l’acide salique contenu chez les salicacées soit responsable de l’attraction des deux genres Populus et Salix comme source de nourriture pour beaucoup d’herbivores. En effet, il est connu qu’un certain nombre d’insectes transforment cet acide en composés carbonés qui sont utilisés dans le mécanisme de défense contre les prédateurs. Ceci expliquerait pourquoi les papillons, longicornes, charançons et chrysomèles se sont spécialisés dans les genres Populus et Salix.